Corana Juweel
In the picture

CORANA-JUWEEL®

Walter van den Branden

CORANA-JUWEEL® de Walter Van den Branden,

Ex-rédacteur en chef de Jewels & Watches Info

« Le coronavirus n’a pas affecté mon corps ni mon esprit créatif. »

Le bijou (la fabrication)

Inspiration : J’ai été fasciné par les images du virus corona qui ont servi de toile de fond aux émissions du journal télévisé sur le virus corona. Cela m’a inspiré pour élaborer artistiquement cette image en un bijou (en argent).

Exécution : à mon établi, j’ai commencé par la création d’une boule d’argent de +/- 15 mm de diamètre (= composée de 2 demi-sphères soudées ensemble).

Pour les 40 « épines », j’ai dessiné un fil d’argent de 1,5 mm de diamètre que j’ai divisé en morceaux de 1 cm. Les extrémités ont fondu dans la flamme de mon brûleur jusqu’à former une boule. J’ai ensuite aplati cette boule avec la lime. (La forme de l’extrémité est similaire à celle d’un « clou sans tête »)

J’ai percé 40 trous au hasard dans la boule d’argent. J’y ai fixé les « épines » à des profondeurs variables. Puis je les ai réparés un par un avec de la soudure à l’argent.

Pour la suspension du bijou, j’ai utilisé une « colonne vertébrale » légèrement plus longue à laquelle j’ai attaché un œil ouvert pour le transit d’une chaîne par exemple.

J’ai actuellement élaboré deux versions : un pendentif et un porte-clés. (D’autres versions telles qu’une bague, une broche, des boucles d’oreilles … sont également possibles sur la base du même modèle).

Le modèle actuel est en argent 925 (= argent sterling) mais je peux aussi réaliser le bijou Corona en or jaune ou blanc 18 carats. Dans la version or, il est même possible de placer un petit diamant (brillant) à l’extrémité de chaque « épine ». Bien sûr, je peux aussi réaliser des versions avec un diamètre plus ou moins grand de la sphère centrale (par exemple 5, 10 ou 20 mm).

J’ai enregistré le concept du dessin ou modèle sous le nom de « Corona Jewel ® » auprès de « OnlineDepot » afin que mon idée créative soit protégée contre le plagiat et/ou la contrefaçon (numéro de dépôt 3003-00002-98806-8966).

A propos de Walter Van den Branden (73 j) (alias « Walter Ego »)

– Depuis mon enfance, j’ai fabriqué des petits bijoux simples, d’abord avec de l’émail sur du cuivre, puis avec de l’émail sur de l’argent et, plus tard, j’ai travaillé davantage l’or (*). La passion pour la fabrication de bijoux a ensuite été éclipsée par ma carrière professionnelle telle que décrite ci-dessous.

– Jusqu’en 2002, j’étais actif en tant que professeur de communication audiovisuelle à la Artesis-Plantijn Hogeschool d’Anvers.

– Pour me préparer à ma retraite, j’ai ensuite suivi un cours du soir de trois ans « Joaillier-Goudsmith » à Syntra Antwerp. L’intention était d’aider ma fille dans les coulisses, qui, en plus de son travail dans le secteur diamantaire anversois, était également active en tant que créatrice de bijoux dans sa propre profession secondaire.

– Les choses se sont passées un peu différemment, car lorsque j’ai terminé ma formation de bijoutier, Syntra Antwerpen avait besoin d’un professeur supplémentaire dans cette section. Une tâche que j’ai ensuite remplie de jour comme en soirée pendant environ 10 ans jusqu’à mon déménagement à Ostende en 2013.

– Le commerce des bijoux, cependant, a continué à me passionner. Ici, à Ostende, je me suis réinstallé pour concevoir et réaliser un bijou de temps en temps, dans l’agitation de la « retraite ». (par exemple, la collection de bijoux pour les C-Hotels et la collection de bijoux en argent avec le logo de la ville d’Ostende).

D’autres projets avec le bijou Corona

– Je souhaite faire don du premier CORONA-JUWEEL en argent (= pièce unique 100% faite à la main) à un homme ou une femme qui a travaillé dans le secteur des soins pendant la crise du Coronavirus. Je livre le bijou dans une pochette de luxe accompagnée d’un certificat signé « 100 % artisanal – argent 925 – Made in Ostende » .

– Si le bijou Corona suscite un intérêt supplémentaire, je transférerai le dessin aux activités commerciales de bijouterie au sein de l’entreprise de ma fille et de mon gendre.

– Je joue également avec l’idée (à condition de trouver le financement nécessaire), après la crise de la couronne, de faire exécuter une version agrandie du bijou en acier inoxydable comme souvenir permanent « monument / œuvre d’art ». (sphère de 1,5 m de diamètre, par exemple) pour être placée dans l’un des hôpitaux d’Ostende ou quelque part au centre de la ville.

(*) Fournisseur de la Cour de Belgique

A cette époque (fin des années 60 – j’avais alors 20 ans), j’ai acquis le statut officieux de « fournisseur de la cour » avec un de mes bijoux en argent, muni d’une couche d’émail colorée.

L’histoire se déroule comme suit : un voisin d’Anvers travaillait à l’Office du tourisme. Il connaissait mes créations de bijoux et m’a demandé si je voulais mettre une série de bijoux à disposition pour une exposition « Art et culture à Anvers » qui était organisée à Lille (Lille). L’exposition y a été officiellement inaugurée par la princesse Paola (alors qu’elle était encore princesse) qui, en tant que représentante de la Cour, a été autorisée à faire les honneurs. La princesse Paola a été fascinée par une broche que j’ai réalisée : une étoile de mer en argent, recouverte d’une couche d’émail coloré et transparent. Comme je n’étais pas présent à Lille, on m’a téléphoné pour me demander si on pouvait « donner » ce bijou à la princesse. Bien sûr, j’étais d’accord à l’époque et depuis lors, je me considère comme un « fournisseur de la Cour – hors catégorie ».

Ce texte est disponible en: Néerlandais

Gérante et fondatrice du magazine Jewels & Watches Info, magazine professionnel édité pour la Belgique et le Grand Duché du Luxembourg