Laissez-vous inspirer par le salon Tendence de Francfort

Il est un fait que le salon professionnel international des biens de consommation Tendence n’est pas le plus grand salon de bijoux. Toutefois, il donne un bon aperçu des créateurs de bijoux internationaux qui mettent sur le marché des pièces osées et innovantes. Quant aux montres, il ne s’agit pas d’un lieu incontournable. En revanche, si vous voulez présenter dans votre magasin une marque de bijoux qui se distinguera des autres, cet endroit est idéal pour la trouver. Ce salon étant l’un des premiers de l’année, il offre un aperçu des nouveautés pour la saison d’automne/de Noël et le printemps de l’année suivante. Tendence fournit également une vue d’ensemble unique d’articles d’intérieur, de décoration, de cadeaux, de bijoux, d’accessoires de mode, d’ustensiles de table et de cuisine, de textiles et d’articles d’extérieur. Nous avons visité cette caverne aux trésors fin juin.  

Le marché des bijoux en quelques chiffres

Juste avant le début du salon Tendence, des conseillers en commerce du détail de Cologne ont mené une étude de grande envergure qui nous donne une meilleure compréhension des importations et des exportations entre les pays d’Europe. Le marché des bijoux représente un flux important, complexe, très indépendant et international de marchandises, comme le montrent les chiffres suivants : le volume de production de tous les pays de l’UE s’élevait en 2015 à 9,4 milliards d’euros en valeur de bijoux, à 13,2 milliards d’euros d’importations et à pas moins de 15,7 milliards d’euros d’exportations.

L’Italie fait figure d’exception en affichant une excellente position, son quota de production étant de 362 pour cent. Seulement un quart du volume de production de 4,7 milliards d’euros suffit pour répondre à la demande intérieure de ce pays. Des bijoux ont été importés pour une valeur de 1,7 milliard d’euros, tandis que la production d’exportation a représenté près de 5 milliards d’euros. Dans la zone euro, la France est le seul pays à pouvoir suivre plus ou moins ce rythme avec des exportations de bijoux d’une valeur de 4,2 milliards d’euros.

Lire la suite suite ci -dessous

Notre avis sur le segment des bijoux

En arrivant dans le hall 11.1, nous avons rapidement remarqué les nombreux stands de gemmes qui font toujours leur impression dans les magasins. Plus nous avancions, plus nous découvrions toutes sortes d’accessoires de mode, comme des foulards, des sacs à main et d’autres articles. Très intéressant, mais il ne s’agit pas directement de notre groupe cible.

Nous avons surtout constaté l’attention accordée aux jeunes talents dans le forum des Talents. Nous y avons rencontré notamment la Britannique Eva Fernandez Martos, qui sort des objets ordinaires de leur environnement naturel pour aborder des sujets politiques et sociaux. Elle s’est spécialisée dans la création de bijoux en 3D et propose des modèles osés, pas immédiatement destinés à la vente, mais plutôt conçus pour une présentation dans une galerie.

Nous avons aussi fait la connaissance de LI Wan Shu, également originaire du Royaume-Uni, qui a mis sur le marché une gamme de bijoux fluorescents très ludiques et colorés « Go with the glow ». Elle utilise à cette fin de l’acrylique, des perles en mouvement, des fils de nylon réactifs aux UV, de la lumière UV et des peintures fluorescentes. Les broches, les chaînes et les bracelets très légers s’allument à l’aide d’une lampe de poche. Effet « waouw » immédiat garanti.

Edition Tendence 2018 du 30 juin au 3 juillet 2018